La question de l’accompagnement à la fin de vie se pose régulièrement en établissement et impacte tant les organisations que les pratiques professionnelles. Les problématiques liées au refus de soins, au refus de l’acharnement thérapeutique des personnes en fin de vie souvent sous protection juridique confrontent les professionnels à des questions d’ordre éthique et juridique qui nécessitent de connaître le dispositif de droit commun leur permettant d’éclairer leurs décisions.
Face à cette situation et afin de garantir la qualité du service rendu, les professionnels de l’accompagnement et du soin doivent disposer de connaissances, de méthodes d’évaluation et d’outils pratiques afin de proposer les meilleures solutions au quotidien.

 

Objectifs

• Appréhender les concepts de vie et de mort et identifier les incidences des représentations sociales et individuelles sur la personne en fin de vie, sa famille, le soignant
• Connaitre le cadre législatif et réglementaire entourant la fin de vie et le refus de soins
• Identifier les besoins des personnes en fin de vie et de leur famille et mettre en oeuvre des actions adaptées
• Développer des compétences relationnelles auprès des personnes en fin de vie et de leurs proches
• Introduire une démarche éthique en institution autour de la fin de vie en établissement
• S’approprier les RBBP domicile ou établissement sur l’accompagnement de fin de vie.

Contenus

• La mort dans notre société : représentations individuelles et sociales (approche historique, sociologique et anthropologique) ; impact sur les soignants
• Définition des soins palliatifs et accompagnements spécifiques : rappel des conséquences de la Loi LÉONETTI sur l’euthanasie et dimensions éthiques
• La fin de vie et les aspects physiologiques de la fin de vie
• L’accompagnement des soins palliatifs de base, entre éthique et prise en charge de la douleur
• L’annonce du décès à la famille, aux proches, et aux autres personnes accompagnées
• Mise en place des premières actions lors du décès de la personne.